Polars, thrillers,  Suisse

Le calendrier de l’après – Nicolas Feuz

Publié chaque jour sur Facebook entre le 1er et le 24 décembre 2020, Nicolas Feuz nous a offert un calendrier de l’avent un peu spécial. Au printemps de la même année, il nous avait tenus en haleine quelques semaines en pleine première vague du coronavirus avec « Restez chez vous », une histoire noire qui traitait de Verna, un virus hautement contagieux et meurtrier. En voici la suite…


Quatrième de couverture

Dix-huit ans se sont écoulés depuis l’apparition du virus Verna. Le monde a sombré dans le chaos. Les pays, les gouvernements, les médias, Internet, les hôpitaux, l’armée, la police et bien d’autres vestiges du monde de l’avant ont disparu. La mondialisation n’existe plus et l’absence de moyens de communication empêche de savoir ce qui se passe de l’autre côté de ce qu’était naguère une frontière.

Dans ce monde de l’après, il y a, d’un côté, les immunisés, de l’autre les contagieux, d’un côté les bien-pensants, de l’autre les inutiles. Alexis, un des douze élus chargés de la survie de l’humanité, s’aventure dans le monde des inutiles, à la recherche de la femme qu’il aime.


Mon avis

Fidèle à toutes les sorties de Nicolas Feuz depuis quelques années, j’ai été ravie de retrouver tous les soirs la plume d’un de mes auteurs de polars préférés. Mais ici, point de polar ! c’est peut-être ce qui m’a un peu perturbée au départ, j’ai eu un peu mal à me mettre dans l’histoire mais vers la moitié ça a commencé à donner le tour, comme on dit en Suisse et j’ai ensuite été happée par cet récit post apocalyptique !

Comme à son habitude, Nicolas Feuz fait dans le direct, le glauque, le noir, les Bisounours il connaît pas, on est loin de l’ambiance des gentils films de Noël. Le monde qu’il décrit ne donne vraiment pas envie : le virus traine toujours, la Gouvernance et la milice règnent sur ma belle Suisse ravagée, les gens survivent comme ils peuvent ! Feuz est, pour moi, le roi du twist final et cet opus ne déroge pas à la règle : la fin est excellente.


En résumé

Un très bon cru, comme toujours !

Informations :
Editions Slatkine

Genève, décembre 2020
256 pages

,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.