Romans,  Suisse

Nos emprises – Guillaume Delbos

Quatrième de couverture

Lorsque Victor entre en contact avec la célèbre peintre Léopoldine M. sur Instagram pour discuter avec elle de projets professionnels, il ne se doute pas que cette rencontre dériverait en une histoire plus personnelle, proche de l’addiction et de la destruction.


Mon avis

Jeune quarantenaire, officiant comme pigiste et poète, Victor est un Xennial, de la génération qui a connu les débuts d’internet à la fin de l’adolescence. Il éprouve des difficultés à surmonter le décès de son père, ainsi que certaines relations compliquées avec les femmes et la solitude liée aux confinements du Covid. Depuis peu, caressant le projet de créer un livre conceptuel avec Léopoldine, une artiste connue, il commence à la suivre sur Instagram. Mystérieuse, secrète, très pudique quant à son image, elle partage par contre intensivement son travail via ses nombreux comptes sur la toile. Débute alors une longue série d’échanges entre eux. Très vite, les messages se veulent de plus en plus intimes. Les deux ont beaucoup d’humour, sont sur la même longueur d’ondes, tissent des liens via les écrans…

L’intensité des propos de nos deux héros va aller crescendo et leurs discussions vont se faire de plus en plus crues et directes. Maniant habillement plusieurs niveaux de langage, Guillaume Delbos passe de dialogues très désinhibés, mâtinés de punchlines dignes d’adolescents – en contraste total avec l’âge des protagonistes – aux phrases plus poétiques et aux clins d’œil et références diverses. Sa plume « caméléon » confère au roman un décalage au départ perturbant mais qui s’avère très bien rodé.

Récit de la construction d’une relation ancrée dans le virtuel et passant par messages écrits, Nos emprises ne laissera pas le lecteur indifférent, en ressortant même un peu secoué. Cette liaison moderne pose immanquablement la question du risque d’addiction à ce type de communication épistolaire déshumanisée et souligne les travers des réseaux sociaux entre dépendance, harcèlement, et les effets de ce monde virtuel qui ne reflète aucunement la réalité. Derrière son téléphone, on peut oser davantage mais où se trouve la limite ? Livrant un constat plutôt glaçant de la dérive de notre monde, tous accrochés à nos téléphones, l’auteur nous questionne sur l’avenir des relations humaines…

En résumé

Une histoire de dépendance 2.0 qui pose beaucoup de questions !

*****************************

A propos de l’auteur du roman :

Né à Paris en 1979, habitant en Suisse depuis quelques années, Guillaume Delbos a été journaliste avant d’opter pour une carrière de consultant en communication éditoriale. Passionné, il aime jouer avec les mots et partage sur Instagram ses créations littéraires, notamment des poèmes. Nos Emprises est son premier roman.


A propos du livre :

Editions Romann

Montreux, avril 2023           

256 pages



,

2 Commentaires

  • Fattorius

    Bonsoir à vous!
    Je garde un souvenir mouvementé de cette lecture, entre le flamboiement de cette première partie fondée sur les jeux de mots face auxquels un San-Antonio pourrait aller se rhabiller… et la toxicité de la relation qui se dessine entre les personnages. Un roman fort, oui, jusqu’aux confins de la folie. Magie du verbe ou justesse de la psychologie, l’auteur sait y faire, indéniablement.
    Bonne semaine à vous!

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.