Polars, thrillers,  Suisse

Les Inexistants – Catherine Rolland

Médecin urgentiste de profession, Catherine Rolland publie son huitième roman avec Les Inexistants. C’est le premier ouvrage que je lis de l’auteure et je compte bien ne pas en rester là !

Quatrième de couverture

Au Péché Gourmand, un restaurant qui ne ferme jamais, Camille vient de prendre son service. Mère célibataire d’un petit garçon handicapé, elle y retrouve chaque soir le vigile, Noam, un ancien professeur venu d’Irak qui craint d’être expulsé. Cette nuit, pourtant, est différente des autres: l’Éventreur, un tueur en série qui terrorise leur petite ville de province depuis des mois, est sur le point d’être arrêté. Avant l’aube, tout aura basculé.


Mon avis

L’intrigue se déroule sur une nuit. Une nuit froide, humide, neigeuse. Dans ce restaurant proche d’une station-service, à deux pas d’une sortie d’autoroute, le décor est planté. Camille travaille de nuit, elle sert le café, des gâteaux, des sandwiches, aux routiers de passage et aux autres habitués. Parmi eux, Noam le vigile clandestin, qui a fui l’Irak et patrouille dans la zone industrielle avec son chien. Dans cette nuit qui verra leur vie changer, se joint bientôt à eux Maxime, un personnage curieux et énigmatique.

Les thèmes évoqués par l’auteure remuent beaucoup, notamment l’évocation du parcours de Noam : sa fuite d’Irak, son long chemin à pied à travers l’Europe pour rejoindre la France et avoir un avenir meilleur. Mais à quel prix ? La question des réfugiés est très bien amenée et fait se poser beaucoup de questions. Des questions, le lecteur en aura d’autres tout au long du roman. Nos trois héros ont tous des choses à cacher et se dévoilent peu à peu mais sans que nous sachions au final le vrai du faux. Une chose est sûre : ils ne sont pas prêts d’oublier cette nuit qui fera basculer leur vie.

Catherine Rolland excelle à décrire la psychologie des personnages et à mettre le lecteur dans une ambiance très ambivalente : à la fois pleine de douceur grâce aux gâteaux et pâtisseries que prépare Camille tout au long de la nuit mais également lourde et intrigante avec la noirceur de la nuit, la peur créée par l’Éventreur qui rôde en ville depuis des mois…

Ce huis clos est particulièrement efficace, on tourne les pages avec frénésie pour arriver au bout de cette nuit pesante. Je n’ai pas du tout vu venir la fin, l’auteure a su me balader jusqu’au bout et me laisse aussi avec pas mal de questions, libre d’envisager la fin…


En résumé

Une belle réussite que ce thriller psychologique qui réussit le pari d’allier noirceur et beaucoup d’humanité !

Une lecture que je vous recommande chaudement !

Informations :

BSN Press

Lausanne, mars 2022

256 pages

p.s : Merci pour l’envoi de ce SP !



,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code