Romans,  Romans suisses

La maison au pied du grand glacier – Tiffany Jaquet


Quatrième de couverture

Lors d’une randonnée dans les Rocheuses canadiennes, Hannah s’égare en forêt et tombe par hasard sur le Glacier House, un hôtel majestueux au beau milieu de la nature sauvage. Une soudaine tempête contraint la jeune randonneuse d’y passer la nuit. Mais le lendemain, l’hôtel a disparu. Le personnel et les clients qu’elle a croisés la veille se sont volatilisés…

Avec l’aide de Florian, un globetrotteur qu’elle rencontre en route, Hannah remonte le fil de l’histoire pour découvrir les secrets de ce lieu mystérieux.




Mon avis

Tiffany Jaquet nous livre dans son troisième roman un historique très complet de la construction du Chemin de Fer Canadien Pacifique, dans les années 1880. En effet, être reliée au reste du pays par un train était une des conditions posées par la province de Colombie-Britannique pour accepter de rejoindre la confédération canadienne. S’ensuivent donc des années d’un chantier titanesque au travers des Montagnes Rocheuses pour rejoindre la côte Pacifique, et corollaire de cette ligne, l’hôtellerie dans ces coins reculés prendra alors son essor.

Le roman ne tombe pas pour autant dans le documentaire. La mise en place des éléments est très bien pensée. Nous suivons Hannah, jeune genevoise en vacances. Selon ses propres découvertes et les rencontres qu’elle fera en chemin, l’aspect historique se dévoile. L’auteure alterne les chapitres avec Hannah et Florian dans le présent et les passages romancés inspirés de la vraie histoire du train et des moments clés de la vie des personnages du passé, notamment un jeune chinois et son frère ou une jeune écossaise partis travailler au Canada. Ces épisodes permettent d’appréhender les rudes conditions de travail des immigrés, surtout concernant les Asiatiques, exploités et sous payés pour un labeur ingrat et exténuant, suant pour satisfaire des patrons et les échéances du calendrier, souvent au péril de leurs vies…

Au fil des pages, même si les parties sur Hannah et Florian restent dans la fiction, on comprend que le fameux Glacier House évoqué a bel et bien existé et qu’il a été un des fleurons de la compagnie ferroviaire, pendant l’âge d’or de la ligne, attirant des touristes avides d’aventures et de grands espaces. Certains personnages du roman sont également réels : on en apprend davantage sur la vie de la naturaliste américaine Mary Vaux et comment la Suisse s’est démarquée à cette époque en exportant ses guides de montagne, à l’image d’Edward Feuz.

La passion de Tiffany Jaquet pour cette région est palpable et elle nous transporte dans ces endroits somptueux de l’ouest canadien. Elle ne manque pas non plus de dresser une critique de l’impact qu’a eu ce train sur l’avènement du tourisme de masse dans ces montagnes alors vierges et évoque la fonte des glaciers, sujet tristement actuel, mais phénomène déjà observé à cette époque par la jeune Mary Vaux.

Également fascinée par ce pays, j’ai énormément appris sur l’histoire du Canada et sur son développement. Un récit passionnant de bout en bout, qui m’a captivée et m’a fait voyager !



En résumé

C’est un coup de cœur !

Informations

Éditions Plaisir de Lire

Lausanne, août 2022

272 pages

p.s : mention spéciale pour la somptueuse couverture avec ce tableau de Clarence Gagnon, « Le train en hiver » (1913-14)



,

2 Comments

Répondre à T'as où les livres ? Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *