Romans,  Romans suisses

Hiver à Sokcho – Elisa Shua Dusapin

Paru en 2016 aux Editions Zoé, à Genève et primé par le prestigieux National Book Award en 2021 dans la catégorie littérature traduite, Hiver à Sokcho est le premier livre d’Elisa Shua Dusapin. Née d’un père français et d’une mère sud-coréenne, elle vit en Suisse, dans le canton du Jura.

Quatrième de couverture

À Sokcho, petite ville portuaire proche de la Corée du Nord, une jeune Franco-coréenne qui n’est jamais allée en Europe rencontre un auteur de bande dessinée venu chercher l’inspiration depuis sa Normandie natale. C’est l’hiver, le froid ralentit tout, les poissons peuvent être venimeux, les corps douloureux, les malentendus suspendus, et l’encre coule sur le papier, implacable : un lien fragile se noue entre ces deux êtres aux cultures si différentes


Mon avis

L’héroïne, qui a étudié la littérature coréenne et française à Séoul, est de retour dans sa ville de Sokcho. Sa vie est toute réglée. Elle officie dans la pension de Monsieur Park. Elle voit sa mère une fois par semaine, elle entretient des relations spéciales avec cette dernière, qui travaille le poisson et est d’ailleurs une des rares à savoir vider le fameux fugu, mortel si mal préparé. Tout son univers va être chamboulé quand débarque le français dans la pension. La communication n’est pas toujours facile entre les deux étrangers, les non-dits s’accumulent, les différences culturelles creusent l’écart et les vexations de la jeune fille. L’étranger va lui offrir une parenthèse.

Je ne suis jamais allée en Asie mais j’ai aimé découvrir des aspects de ce pays dont j’ignore tout, et surtout cette petite ville portuaire proche de la frontière nord-coréenne. Au travers des descriptions, on voyage dans cette cité, hors-saison, désertée par les touristes. L’hiver est mordant, chaque ruelle semble sentir le poisson et les autres mets locaux.

Le style de l’auteure est particulier, de prime abord très simpliste, avec une succession de phrases courtes, souvent sans verbe. Ces descriptions lapidaires font ressortir de la plume d’Elisa Shua Dusapin une poésie et une beauté. Tout est dans la finesse et la délicatesse. C’est compliqué à décrire, il faut le lire pour le comprendre. Ce petit livre se veut très contemplatif mais sa puissance est réelle. Avec une économie de mots, l’auteure arrive à faire passer des émotions et ne tombe à aucun moment dans les clichés.


En résumé

Un très beau roman plein de poésie et de délicatesse.
Ma dernière lecture de l’année 2021, qui rejoint mon palmarès de l’année passée.

Informations :
Editions Zoé, Genève, 2016
144 pages

,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.