Polars, thrillers,  Suisse

Les roses sauvages – Marie Javet

Quatrième de couverture

Juillet 1994. Sarah, jeune Suisse romande douce et rêveuse, séjourne à Cambridge dans le but de perfectionner son anglais. Cette parenthèse loin du cocon familial prend rapidement des airs de liberté. Jusqu’au jour où elle rencontre Ian, étudiant charismatique avec lequel elle entame une relation intense. Sans se douter que leur histoire prendra bientôt une tournure sinistre…

Juin 2007. John est professeur de littérature à l’Université de Lausanne. Comme pour Sarah treize ans plus tôt, une rencontre inattendue vient bouleverser son existence bien réglée. Elle ravive également les souvenirs d’une jeunesse emplie de terreur et de mépris. Saura-t-il réagir à temps pour reprendre le contrôle de sa vie ?


Mon avis

Le livre tire son titre de la chanson de Nick Cave et Kylie Minogue, Where the wild roses grow, dont les paroles ouvrent le récit. Une chanson sombre que j’ai toujours aimée. Toute ma lecture s’est déroulée avec cette mélodie en tête. Comme dans son premier livre La petite fille dans le miroir (un de mes coups de cœur de l’année 2020, lire ma chronique ici), Marie Javet sait ajouter des chansons puissantes à son récit, comme une bande originale et elle a définitivement les mêmes références musicales et goûts que moi.

Le récit se découpe en trois parties, selon trois personnages. Je n’ai pas vu arriver le retournement et le troisième personnage, preuve que la mise en place est très bien maitrisée. Dans les dernières pages, un twist rend la fin surprenante et jouissive ! L’auteure ne tombe pas dans la facilité et dépeint très bien la psychologie des personnages et nous fait entrer dans leur tête, c’en est parfois glaçant. Et cette question qu’elle évoque et qui nous questionne : les monstres engendrent-ils des monstres ? et j’irais plus loin : que ferions-nous à la place des personnages ?


En résumé

J’ai adoré ce thriller qui monte crescendo et qui a su me surprendre ! 

Informations :
Editions Plaisir de Lire, Lausanne, août 2020
304 pages

,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.