Autres pays,  Romans

La fille qui aimait les arbres – Hope Jahren

Quatrième de couverture

Passionnée par la nature depuis l’enfance, Hope Jahren a consacré sa vie à l’étude des arbres et des plantes. Aujourd’hui considérée comme l’une des femmes les plus brillantes au monde, son parcours a pourtant été semé d’embûches. Seules sa persévérance et une foi absolue en ses valeurs lui ont permis de concrétiser ses rêves.


Mon avis

Sorti initialement en français sous le titre de Lab Girl en 2019, La fille qui aimait les arbres est un roman autobiographique publié dans sa version francophone par les éditions Quanto à Lausanne, filiale d’EPFL Press.

Dans cet ouvrage, nous faisons la connaissance de Hope Jahren. Fille de descendants norvégiens, elle grandit dans une petite ville du Minnesota où l’hiver est redoutable et semble interminable. Dans une famille où la communication est absente et les relations sont distantes, Hope est toutefois proche de son père, professeur de sciences, qui l’initie très tôt à l’ambiance de laboratoires. Au fil des pages, nous suivons Hope dans son brillant parcours scolaire et universitaire, dans ses jobs d’étudiante, puis dans ses diverses activités en tant que scientifique et directrice de labo.

Le récit alterne les chapitres relatant de la vie de la chercheuse et des informations sur le monde des végétaux, et plus particulièrement des arbres. A l’image de l’excellent livre de Peter Wohlleben, La vie secrète des arbres, les faits apportés par Hope Jahren sont extrêmement instructifs et proposés dans un langage très accessible. En toute franchise, elle évoque son quotidien, entre la passion qui l’anime à enseigner et à travailler dans son domaine de prédilection, et les grandes difficultés que rencontrent les chercheurs dans leur quête incessante de financements. Côté vie privée, l’auteure américaine parle également sans tabou de ses troubles maniaco-dépressifs et des défis que représente cette maladie mentale.

Du Minnesota à la Californie, en passant par Atlanta, Baltimore, Hawaï et Oslo, Hope Jahren fait son bonhomme de chemin dans les différents laboratoires qu’elle crée et au travers des expériences qu’elle conduit, toujours avec Bill, fidèle compagnon de recherche et ami. Leur complicité sera une force incroyable pour affronter les nombreuses embûches, mais aussi pour se dépasser et faire avancer la science.

En résumé

Un récit autobiographique très intéressant et touchant !            

*****************************

A propos de l’auteure du roman :

Née en 1969 à Austin (Minnesota), Hope Jahren obtient son doctorat à l’université de Californie à Berkeley. Actuellement professeure titulaire à l’université d’Oslo, géobiologiste et géochimiste, elle est une scientifique renommée. En 2016 sort son premier roman, La fille qui aimait les arbres (Lab Girl), qui aura été traduit en 23 langues.


A propos du livre :

Editions Quanto / EPFL Press

Lausanne, mars 2023

Poche, 394 pages

Traduit de l’anglais (américain) par Lucie Débrosse



,

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.