Pays nordiques,  Polars, thrillers,  Suède

Dark secrets – Hjorth & Rosenfeldt

Quatrième de couverture

Västerås, petite ville de Suède. Le commissaire local ne prend pas très au sérieux la disparition d’un jeune de 16 ans, pensant à une simple fugue. Quand on retrouve le corps de l’adolescent dans une mare au centre de la forêt, le coeur arraché à coups de couteau, l’affaire prend une dimension nationale. Sebastian Bergman, un profiler solitaire, intuitif et brillant, mais aussi égocentrique et arrogant, se lance dans cette enquête difficile. Aux prises avec ses anciens démons et une addiction au sexe, il mêle impératifs de l’enquête officielle et recherches personnelles. Dans cette petite ville où chacun semble avoir quelque chose à cacher, l’assassin pourtant ne cesse de lui échapper… (j’ai volontairement réduit la quatrième de couverture car selon moi elle en dit trop…)


Mon avis

Ce roman est le premier d’une série de 6 tomes, écrits à quatre mains dont celles expertes de Hans Rosenfeldt, scénariste de la série télé The Bridge. Les deux auteurs savent s’y prendre pour nous faire accrocher à l’enquête et nous tenir en haleine. Les polars nordiques ne sont en général pas les plus rythmés mais ici les pages défilent vite. On pense avoir un suspect, et bam ! retournement de situation, et à nouveau, et ceci jusqu’au twist final qui m’a fait dire à haute voix « mais non ! » de surprise.  

Le personnage de Sebastian, le psychologue, est très spécial, et j’avoue, pas très aimable. Bien sûr, il a ses casseroles, ses blessures, ses névroses, comme tout bon héros de polars mais pour un profiler, il n’a aucune psychologie envers les autres. Arrogant, il se met toute l’équipe à dos. A la fin, on entrevoit quelques situations qui le rendent plus humain mais ça ne le rend pas plus attachant. Heureusement, le reste de l’équipe est plus sympathique. 

Je n’avais jamais entendu parler de ces romans alors que le premier tome est sorti en 2010 en suédois et en 2013 en français. Peut-être ont-ils été éclipsés par le phénomène Millénium à l’époque ? Alors un tout grand merci Anaïs Serial Lectrice pour la découverte.

Un seul petit regret : la météo et l’ambiance scandinave m’ont un peu manqué. Ici point de neige, ni de pains à la cannelle, ni d’hectolitres de café. La ville de Västerås est aussi très peu décrite (en même temps j’y suis passée en 2013 et je ne garde pas tellement de souvenirs). Les auteurs ont pris le parti de se concentrer sur la psychologie des personnages, certes c’est plus constructif que de parler de la pluie et du beau temps mais j’aime bien aussi ces mises en situation qui me transportent dans ces pays nordiques que j’aime tant.


En résumé

Une enquête rondement menée, un polar suédois très efficace ! Je vais continuer cette série avec grand plaisir.


Informations :
Editions Prisma, novembre 2013
420 pages

, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.