Romans,  Suisse

Agrotopia – Olivier May

Quatrième de couverture

À la suite du décès de son oncle Serge, Solène, une jeune ingénieure agronome, rejoint sa mère à Agrotopia, une communauté écolo des Alpes valaisannes. C’est alors qu’une catastrophe alimentaire mondiale éclate: des germes incontrôlables dans les semences OGM poussent les dirigeants de la communauté à boucler la vallée. Mais les autorités et la multinationale responsable de la catastrophe se lancent dans une course contre la montre, une lutte pour s’emparer de leur précieuse banque de semences traditionnelles. La communauté parviendra-t-elle à assurer sa survie tout en portant secours à l’Humanité ?


Mon avis

Dans ce roman, Olivier May nous livre une réflexion sur l’exercice ardu consistant à jongler entre la nécessité de nourrir 8 milliards de personnes et ne pas détruire la terre avec des produits phytosanitaires malsains. Ce sont deux visions diamétralement opposées de l’agriculture qui s’affrontent au fil des chapitres. D’un côté, nous avons les fervents défenseurs des pesticides et autres OGM, notamment la société Synsanto (nom fictif mais clairement un mix entre Syngenta et Monsanto), qui à force de jouer les apprentis sorciers, se retrouve pris à son propre piège après avoir produit des récoltes attaquées par des organismes rendus volontairement résistants aux traitements… Et d’autre part, ceux que l’on considère comme des utopistes, ces rêveurs perdus au fin fond de leur vallée isolée, adeptes de la permaculture, du bio et de techniques ancestrales.

L’auteur évoque les dérives des fabricants qui produisent des graines modifiées, toujours plus résistantes, et qui – n’ayons pas peur des mots ­­– tuent les gens à petit feu avec leurs pesticides nocifs ! Mais ici, les rôles finissent par s’inverser : les survivalistes, que tout le monde considère comme des hurluberlus et des complotistes, s’avèreront sans doute être les seuls capables de sauver l’humanité de la famine meurtrière grâce à leurs semences saines.

Au travers de ce sujet plus que brûlant, l’auteur imagine un scénario glaçant, qui pourrait un jour s’avérer être une triste réalité, et non plus de la science-fiction. Malgré ce thème très prometteur bien amené avec l’évocation de la communauté Agrotopia, les problématiques n’ont été que survolées et le récit manquait de profondeur à mon sens. Pas mal d’aspects auraient mérité d’être plus développés car la majorité des lecteurs n’auront pas une grande prise de conscience avec ce récit et c’est bien dommage vu l’importance capitale de ces aspects sur notre avenir alimentaire et sur notre santé. Aussi, les conséquences de cette crise majeure, comme l’exode des réfugiés affamés, sont un peu vite abordées.

Quoique parfois un peu simpliste et légère, Olivier May possède une plume directe et entrainante. Lecture agréable, ce roman se lit très rapidement, notamment grâce à certaines scènes rythmées et au suspense dans le dénouement de l’histoire.


En résumé

Un roman au thème crucial mais manquant d’approfondissement selon moi…

*****************************

A propos de l’auteur du roman :

Né en 1957 à Genève, Olivier May enseigne à l’école secondaire. Passionné de préhistoire, d’histoire et d’ethnologie, il est l’auteur de très nombreux livres, notamment des ouvrages historiques pour la jeunesse.


A propos du livre :

Editions Okama

Genève, mai 2022

192 pages



,

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.